The Slow Media

Le Festival de Cannes dévoile sa sélection

Depuis sa création, le festival de Cannes n’a été annulé qu’à trois reprises : en 1939 au début de la Seconde Guerre Mondiale, lors de événements de Mai 68 et cette année, en raison de la crise sanitaire. Cette année, malgré l’impossibilité de maintenir la manifestation dans sa forme habituelle, l’association, par la voix de son président Pierre Lescure et son délégué général Thierry Frémaux, a publié une sélection officielle de 56 films. Ainsi, à défaut de pouvoir relancer une économie de Cannes reposant en grande partie sur la tenue du festival, cette sélection a pour objectif de mettre en lumière certains films, et ainsi conserver son rôle de tremplin pour de nombreux réalisateurs.

Thierry Frémaux et Pierre Lescure annoncent la sélection du festival de Cannes 2020. SERGE ARNAL/AFP

Une fois n’est pas coutume, les catégories habituelles n’ont pas été gardées. Pas de Palme d’Or ou de sélection « Un certain regard » cette année, mais de nouvelles catégories apparaissent : « Les fidèles », rassemblant les réalisateurs ayant déjà été en sélection officielle, « Les Premiers Films », ou encore « Films d’animation ». Plus qu’un réel festival de cinéma cette année, le Festival de Cannes se donne avant tout l’objectif de relancer la fréquentation des salles et l’économie cinématographique, en récompensant des films de qualité.

Lorsque les habitués côtoient les nouveaux

Si la présence de certains films n’est absolument pas une surprise, comme le nouveau film de Wes Anderson, The French Dispach, rassemblant entre autres Timothée Chalamet, Adrien Brody, Christophe Waltz et Léa Seydoux, d’autres films auraient pu figurer parmi la sélection. On peut noter l’absence du film de Paul Verhoeven, Benedetta, avec Virgine Efira ou encore Mandibules de Quentin Dupieux, avec Grégoire Ludig, David Marsais, Adèle Exachopoulos ou Roméo Elvis, leur sortie ayant été décalée avec la fermeture des cinémas.

Comme l’a rappelé Thierry Frémaux lors de la présentation de la sélection, les films pourront être présentés en compétition dans d’autres festivals, à Toronto ou à Deauville, pour assurer au maximum leur succès dans les salles de cinéma.


La sélection du Festival de Cannes 2020

Les fidèles (déjà venus au moins une fois en Sélection officielle)

The French Dispatch,de Wes Anderson

Eté 85, de François Ozon

Asa ga Kuru (True Mothers), de Naomi Kawase

Lovers Rock, de Steve McQueen

Mangrove, de Steve McQueen

Druk (Another Round), de Thomas Vinterberg

ADN (DNA), de Maïwenn

Last Words, de Jonathan Nossiter

Heaven : To The Land of Happiness,d’Im Sang-soo

El olvido que seremos,de Fernando Trueba

Peninsula, de Yeon Sang-ho

In the Dusk (Au crépuscule), de Sharunas Bartas

Des hommes, de Lucas Belvaux

The Real Thing, de Koji Fukada

Les nouveaux venus

Passion simple, de Danielle Arbid

A Good Man, de Marie-Castille Mention-Schaar

Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait, d’Emmanuel Mouret

Souad, d’Ayten Amin

Limbo, de Ben Sharrock

Rouge (Red Soil), de Farid Bentoumi

Sweat,de Magnus von Horn

Teddy, de Ludovic et Zoran Boukherma

February (Février), de Kamen Kalev

Ammonite,de Francis Lee

Un médecin de nuit, d’Elie Wajeman

Enfant terrible,d’Oskar Roehler

Nadia (Butterfly), de Pascal Plante

Here We Are,de Nir Bergman

Un film à sketches

Septet : The Story of Hongkong,d’Ann Hui, Johnnie To, Tsui Hark, Sammo Hung, Yuen Woo-Ping, Patrick Tam et Ringo Lam

Premiers films

Falling, de Viggo Mortensen

Pleasure, de Ninja Thyberg

Slalom, de Charlène Favier

Casa de antiguidades (Memory House),de Joao Paulo Miranda Maria

Broken Keys (Fausse note), de Jimmy Keyrouz

Ibrahim, de Samir Guesmi

Beginning (Au commencement), de Dea Kulumbegashvili

Gagarine,de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh

16 printemps,de Suzanne Lindon

Vaurien, de Peter Dourountzis

Garçon chiffon,de Nicolas Maury

Si le vent tombe (Should The Wind Fall), de Nora Martirosyan

John and The Hole,de Pascual Sisto

Striding into The Wind (Courir au gré du vent), de Wei Shujun

The Death of Cinema and My Father Too (La Mort du cinéma et de mon père aussi), de Dani Rosenberg

Documentaires

En route pour le milliard (The Billion Road),de Dieudo Hamadi

The Truffle Hunters, de Michael Dweck et Gregory Kershaw

9 jours à Raqqa,de Xavier de Lauzanne

Comédies

Antoinette dans les Cévennes, de Caroline Vignal

Les Deux Alfred,de Bruno Podalydès

Un triomphe (The Big Hit), d’Emmanuel Courcol

L’Origine du monde, de Laurent Lafitte

Le Discours, de Laurent Tirard

Films d’animation

Aya to Majo (Earwig and The Witch), de Goro Miyazaki

Flee,de Jonas Poher Rasmussen

Josep,d’Aurel

Soul, de Pete Docter